Storyboard

Réaliser un storyboard (ou des croquis préparatoires) permettra aux élèves d’approfondir leur réflexion sur ce que le film d’animation donnera à voir et éventuellement entendre, si toutefois ils ont commencé à se « faire un film » lors de la lecture du texte.
Pour les élèves en difficulté avec la construction d’une représentation mentale, nous supposons que cette activité, étroitement guidée par l’enseignant-e, les aidera à se « faire un film ».

Les élèves tireront profit d’un corpus d’images diverses (photos de paysages, croquis/dessins, extraits de films, extraits de bandes dessinées …) préalablement constitué. Il leur permettra de développer leurs connaissances et références culturelles et ainsi de se représenter plus justement les éléments de décor et accessoires d’une séquence.

Après avoir découpé l’histoire en parties qui constitueront les séquences du film, les élèves sont invités à les représenter en images, sur une ou plusieurs vignettes, sous la forme de dessins légendés. Les élèves les plus avancés transcrivent ainsi les images mentales qu’ils ont élaborées lors de la lecture – écriture du récit. Les autres initient avec l’aide de l’enseignant-e ce travail de construction d’une représentation, d’abord concrète puis, nous l’espérons, mentale.

Dans le même temps, en parallèle, ils alimentent un tableau descriptif des séquences : ce travail nous semble faciliter la mise en activité des élèves en difficulté et contribuer à réguler l’activité des élèves plus avancés en assurant un retour à l’écrit permettant de justifier-valider leurs propositions et ainsi de distinguer progressivement « une déduction possible, voire nécessaire, d’une pure invention sans légitimité »

Chaque séquence sera ainsi progressivement détaillée en plans.

Storyboard réalisé par Lucas

Storyboard réalisé par Emmanuelle

Extrait du conte « Le moine et le Samouraï »: « Un jeune moine se rendait en ville, porteur d’un pli important à remettre en mains propres à son destinataire. »

Extrait du conte « Le moine et le Samouraï »:  « Il arrive aux abords de la ville et, pour y pénétrer, doit traverser un pont. Sur ce pont se tenait un Samouraï expert dans l’art du sabre […] ».

 Vous pouvez constater la proximité entre le storyboard de ces deux élèves et le résultat final, alors que près de deux mois séparent la réalisation du storyboard, des prises de vue. Il a permis aux élèves d’exprimer visuellement leur compréhension du texte, étape indispensable à la production d’un film.

La mise en commun des productions des élèves permettra, outre de travailler la compréhension, d’amorcer une réflexion collective sur le cadrage et l’axe de prise de vue voire le montage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *